Arts, Cultures, Médias et Homosexualités
« Octobre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Edito : Le nouveau beau

 

Loin des diktats et des normes, rien n’est plus distrayant que les tentatives et les chemins de traverse, et lorsque les créateurs de mode décident ne pas faire comme tout le monde, de ne pas faire comme d’habitude, cela donne, en plus de turbulences esthétiques, une sorte plaidoyer pour la tolérance, la différence, qui, l’on aimerait bien, résonne un peu plus largement que dans les seules pages des magazines. Petit passage en revue des visages inattendus de ces dernières saisons.

Effets de podiums ou lames de fonds, le concept du garçon ou de la fille idéale dont les mensurations tutoient la perfection semble être un concept bien galvaudé… et c’est tant mieux.

Alors bien sûr il y a eu Beth Ditto sur le podium de Jean-Paul Gaultier, et encore avant le défilé printemps-été 2006 de John Galliano avec ses jeunes et ses vieux, et ses nains et ses géants, ses gros et ses minces… Alexander Mc Queen choisissait pour sa collection printemps-été 1999 de faire défiler Aime Mullens qui a la particularité de porter des prothèses de jambes, aujourd’hui, et peut-être que c’est ce genre de choix qui y participe, c’est à peine si l’on remarque que l’un des mannequins choisies par Nichola Formichetti, en fait une bloggeuse, pour la campagne printemps-été 2014 de Diesel se déplace en fauteuil.

Chez Givenchy, Riccardo Tisci a souvent pris de court, pour le printemps-été 2011, il choisit le mannequin albinos Stephen Thompson, pour le printemps-été 2010 c’est du look d’un célèbre acteur porno au crâne rasé dont il s’inspire... Printemps-été 2017, encore des crânes rasés et des garçons à l’allure distincte.

Chez Saint Laurent à peine nommé (et après avoir vidé le compte Instagram des « rockers-androgyne-ultraslim » période Hedi Slimane) Anthony Vaccarello pour sa première campagne de publicité shooté par Collier Schorr choisi de ne montrer… aucun vêtement, juste des visages et des corps, comme la redéfinition d’un nouveau look, d’un nouvel esprit Saint Laurent, on a gardé le noir et blanc mais plus si slimanesque, puisque c’est moins rock, plus lisse, plus sage, et surtout bien loin des icônes alternatives façon Marylin Manson ou Courtney Love.

Des physiques atypiques, « des vrais gens » sur les podiums, comme le créateur Gosha Rubchinskiy qui a casté ses les garçons de son défilé printemps-été 2017 sur Instagram. Et puis aussi Brother, cette agence de mannequins et ses garçons recrutés uniquement dans les rues de Manchester auquel le site du magazine I.D consacrait récemment un papier. S’affranchir de la norme, le défilé ou la série mode, comme un terrain de jeux, une fille avec un appareil dentaire en couverture du CR book « Jolie Laide » de Carine Roitfeld, des (fausses) tâches d’acnés pour le défilé du créateur Moto Guo, comme pour mieux raconter une histoire d’enfance et d’adolescence. Ultramédiatisés, la top Chantelle Winnie qui est atteinte d’une maladie provoquant la dépigmentation de l’épiderme, et Ralph Souffrant au corps et visages recouvert de tâches de rousseur, ce dernier repéré par Kanye West pour sa marque Yeezy, mais que l’on a vu aussi sur le défilé de Gypsy Sport et dans pléiade de magazines branchés, tous les deux ils affolent les compteurs Instagram et plaisent de plus en plus aux créateurs, qui n’hésitent plus à parier sur des physiques atypiques.

Et en cette fin d’été, en cette rentrée avec ses relents d’intolérance, son parfum de communautarisme, on ne peut que se réjouir de cette ouverture sur les autres, de cet éloge de la différence, même si ça n’est (pour l’instant) que de la mode…

Crédits photos : Gosha Rubchinskiy, printemps-été 2017 - Moto Guo, printemps-été 2017 - Givenchy, printemps-été 2017 – campagne de publicité Saint Laurent par Collier Schorr – couverture CR book issue 6 par Anthony Maule – brothermodels.com / @brothermodels – annonce du casting publié sur le compte Instagram de Gosha Rubchinskiy - brothermodels.com / @brothermodels – en icône, Ralph Souffrant, Instagram @souffrantnyc

 



Écrit par