Arts, Cultures, Médias et Homosexualités
« Septembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  

Lecture : Jours de mûres et de papillons

« Depuis toujours, j’aime Paris. J’y ai vécu quinze ans auparavant, avant de revenir ici pour toi. J’aime Paris malgré le bruit, l’insolence, l’assourdissance, l’absence, l’absence de bienséance aussi. J’aime Paris, pour ses quais et ses filles, pour ses aubes et ses nuits, et jamais je ne m’y ennuie. J’aime les ponts de Paris la nuit. Nous marchons près du pont des Arts, le long de la Seine. La ville est en lumières, tour Eiffel et réverbères. Paris est au printemps et cette saison lui va bien. »

La rupture, l'incompréhension, le désespoir, la solitude, la révolte et le calme qui revient. C'est l'après. Avant, il y a deux femmes qui s'aiment. Une séparation douloureuse pour elle, longue, avec ses détresses et ses pulsions. Une histoire où le désir et la jouissance sont racontés sans voyeurisme.

Oeil de La Lucarne :


« Depuis toujours, j’aime Paris. »… Et Marie Evkine nous le montre par sa déambulation incessante à toute saison, à tout heure du jour et de la nuit, dans tous les coins et recoins de la ville…

Et pourtant, ce qu’elle nous raconte de « son » amour, sa quintessence, plus que les minutieux, comme il se doit, rapports sexuels SM, avec celle qui n’a pas de nom, sera dans un bois : « C’est une journée de mûres et de papillons. J’ai envie de toi et tu t’y plies. […] La nature t’inspire, ajoncs, fruits et feuilles, terres et senteurs, tout te délie et se multiplie dans tes envies. J’obéis. »

 

Elle reviendra souvent à cette sensation, à cette image, à ces senteurs, alors qu’elle baise dans tous les coins, par désir, par plaisir, de façon obsessionnelle avec une fille, une femme, pour un sein, un geste, un regard, car, même si « ces moments à quatre mains », les « s’il faut que mon corps existe », la réalité est bien là, l’amour que l’Autre éprouvait s’endort, se délie, disparaît peu à peu. Et, « la cité de nos amours devenaient la prison de mes questions.»

Le livre de Marie Evkine pose cette question essentielle : « Jusqu’où peut aller l’acceptation, la compréhension, la patience, l’espoir ? » Pourquoi un amour, « l’amour finit-il ? » Question qui n’aura jamais de réponse, mais question qui permet la beauté de certains livres comme le sien, l’appréciation d’un style, l’essence synthétisée d’une émotion… mais qui permet aussi un « Touchez-moi, léchez-moi, mettez-m’en plein la bouche. » J’ai souvent eu l’impression que les auteur-e-s les plus pudiques se cachaient derrière les plus énormes descriptions de cul…

 

En pratique :


Jours de mûres et de papillons de Marie Evkine

Les éditions Moires

Collection Lachésis

ISBN 979-10-91998-09-3

14 €

116 pages

Marie Evkine, journaliste, a écrit des guides pratiques sur la santé, le médico-social, la sexualité ainsi que des ouvrages touristiques. Poète, elle a longtemps collaboré à la revue franco-belge Reg’Art et a publié trois recueils (Et la nuit, 2006)



Écrit par