Arts, Cultures, Médias et Homosexualités
« Août 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30 31      

Lecture : La semaine des martyrs

 « J’allais pouvoir me faire mousser dans les salons, très loin d’ici. J’ai été amoureux d’un martyr. Au fond, il y avait quelque chose comme ça, qui stagnait en moi comme une vase nauséabonde. »

Oeil de La Lucarne :


Gilles Sebhan au Caire retrouve son ancien ami Denis, photographe, qui y vit. C’est l’automne, l’air est brûlant. Welcome in Egypt lui dit Mohamed le chauffeur de taxi dont il tombera amoureux. 

Les visites, les bordels « homos », le flirt et le premier retour en France. Les caresses dans le taxi avec Mohamed, — J’ai porté ma main directement entre ses cuisses … irréel … comme si nous avions traversé une image —, que son copain trouve un peu inconséquent et froussard mais qui sera retrouvé mort quelques mois plus tard après la « révolution » … l’un des milliers de ses martyrs.

Et puis le nouveau voyage, janvier 2011, la place Tahrir, « du jamais vu »! L’auteur se sent comme renaître au milieu de tous ces garçons et quelques filles  — « Et tandis que nous avancions dans ce cortège improvisé, même le désir que j’éprouvais pour ces garçons tendait à se purifier. » Une quasi-expérience mystique, « Enfreindre l’ordre du monde. »

Le vendredi, après la prière, moment choisi, tout en regardant les garçons, dont un adolescent, surtout, et son T-shirt tricolore « absolument seul, droit, le visage tourné vers le pont… », — « Ce garçon m’attirait parce qu’il semblait posséder en lui un sens caché qui me concernait, m’expliquait, me révélait à moi-même… » Il se demande le sens de sa présence, ce que l’on est intrinsèquement au milieu d’un mouvement, d’une foule, quant-est-il de sa conscience ? Il sera avec le jeune chauffeur comme l’incarnation de ces journées, comme s’il était un seul. « Je me posais la question de savoir si leur décision d’y être constituait le résultat de leur courte vie ou un renversement absolu de tout ce qu’ils avaient cru eux-mêmes. » C’est quoi manifester ? et pourquoi ? 

Le 25 janvier, ils quittent la place pour photographier et voir sentir d’autres rues. Des centaines (plus de mille) jeunes tués…

Il reviendra au Caire plus tard pour témoigner avec Denis et son bel ami assistant Mahmoud pour les morts, les martyrs. Devoir de mémoire en rencontrant des familles contactées par Mahmoud, « notre rédemption car nous nous sentions coupables… nous n’étions pas morts. » 

La mise en place d’une fausse distance, « n’être plus qu’une machine à enregistrer ce qui restait d’une absence. »

« À présent, si je songe à cette période, quelques jours à peine, me revient l’impression de flottement, d’apesanteur, comme si nous étions des âmes provisoirement bloquées dans un purgatoire. » Oui, comme une perte de l’individualité dans un tout particulièrement actif ! « L’individualité est un leurre. »

Un récit, oui, une réflexion sur la vie, son sens, si elle en a un… 

Et le souvenir : « … Non pas que la vie était plus belle au contact du malheur, mais simplement que j’y existais davantage, comme si la vie avait monté le son et donnait enfin sa vraies mesure. Rien à voir avec le soulagement de ne pas être mort. » 

PS. Ce livre est simplement dédié à Denis et Mahmoud

En pratique :


La semaine des martyrs

Gilles Sebhan

Editeur : Les Impressions nouvelles

ISBN papier9782874494154 17

ISBN ePub9782874494277 9,99 € https://vitrine.edenlivres.fr/resources/9782874494277 

http://www.violetteandco.com/librairie/ 

http://motsbouche.com/fr/



Écrit par