Arts, Cultures, Médias et Homosexualités
« Novembre 2017 »
Lun Mar Mer Jeu Mer Sam Dim
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30      

Lecture : Altersexualité, éducation & censure

L'auteur du roman épistolaire ' L'année de l'orientation ' (qui rapportait un échange de lettres, à  l'époque de l'an 2000 et des débuts du PaCS, entre deux adolescents dont l'un découvre son homosexualité) revient, deux ans après son premier roman, avec un ouvrage sous - titré ' Ceci est un pamphlet '. Lionel Labosse, par ailleurs professeur de français pour les classes supérieures dans le département du ' neuf-trois ', décortique des faits qui nous paraissent anodins, analyse des idées qui nous semblent logiques ou entrées dans les moeurs, pourfend toute une série de personnes et de systèmes, invente des néologismes fondés sur les préfixes ' alter ' et ' ortho '. Ainsi l'homosexualité devient-elle une composante de l'altersexualité, en tant que ' toute sexualité autre qu'exclusivement hétérosexuelle ', et l'homophobie, l'altersexophobie ; l'orthosexie et l'orthosexisme désignent l'un un fait, l'autre une tendance doctrinaire à  vouloir ' normaliser ' la sexualité et à  n'en voir qu'une seule valide et valable, l'hétérosexualité. Labosse étudie ces notions, avec arguments, témoins, textes, épreuves et contre-épreuves, et surtout dans la perspective de l'éducation à  laquelle il se consacre depuis plus de douze ans. Lionel Labosse attaque les notions dans la première partie de son ouvrage, prenant des exemples historiques (notamment antiques), citant des modèles d'avancées (le Brésil notamment), suggérant certaines dispositions (dont celle d'abolir un verset de l'Ancien Testament enjoignant de tuer tout homosexuel). La seconde partie est un discours qu'il aurait dû prononcer sur la censure, dans le cadre d'une invitation à  discourir à  la suite de la publication de son roman ' L'année de l'orientation '. La censure médiatique, sociale, politique... autant de restrictions au droit d'expression, et dont il se plaint amèrement, en citant alors les nombreux problèmes auxquels il a dû, en tant que professeur tout d'abord, en tant qu'auteur ensuite, ressentir et subir. Détonnant.
Oeil de La Lucarne :


On aurait tort de prendre ce livre pour un pamphlet d’un aigri qui ne veut que rendre des comptes. On aurait encore tort de considérer que l’homme ne sait pas de quoi il parle. On aurait également tort de penser qu’il voit le mal partout.
Lionel Labosse est un esprit éveillé, qui a envie que chacun des adolescents, qu’il peut former au sens critique, à la réflexion intelligente, à l’analyse pertinente d’une société dans laquelle hypocrisie et compromissions sont les mots porteurs, soit plus tard un citoyen qui ne se laisse pas faire et n’obéit pas aveuglément à des lois injustes, des règles iniques, des textes intouchables - parce que sacrés.
Luttant pour que l’éducation soit bien un moteur et une chance égale pour tous d’émancipation sociale, à tous niveaux, dans plusieurs domaines (dont celui, mais pas uniquement, de l’orientation sexuelle), Labosse attaque les fausses réputations, rejette Dolto, défend Lacan, écrase Antier, et égratigne un nombre incroyable de personnalités politiques, médiatiques et/ou du sérail économique. Labosse, au-delà de ses griefs à l’encontre d’une masse pléthorique de gens, de corporations, de groupes et groupuscules, pousse le lecteur, quel que soit son âge, quelle que soit sa condition, quel que soit son esprit, à aller voir plus loin, à surtout ne pas se laisser berner par les paroles faussement rassurantes de ceux qu’on écoute ou lit plus « parce que ça fait bien ».

Si cet ouvrage n’avait qu’un seul mérite, ce serait celui-là...

Extrait :
« Parlons de saint Paul et de ses épîtres, éminemment homophobes. (…) Supposons que je me mette dans ce pamphlet à traiter cet apôtre de « taliban chrétien », serai-je condamné pour « injures raciales envers des personnes en raison de leur appartenance religieuse » ? Ou est-ce plutôt les éditeurs du Nouveau Testament qui seront condamnés jusqu’à ce qu’ils proposent un texte revu et corrigé, émondé des versets homophobes ? Certains religieux vont crier au blasphème parce qu’on touche au texte sacré. Selon moi, le vrai croyant, quelle que soit son obédience, est semblable à l’évêque Myriel tel que le définit Victor Hugo : « Il avait une manière étrange et à lui de juger les choses. Je soupçonne qu’il avait pris cela dans l’évangile. » (…) Ma position est claire : si je m’oppose à une loi interdisant les propos altersexophobes, je demande au Parlement de remettre la balle au centre, et de supprimer au nom de l’égalité des droits, qui ont permis de censurer, entre autres, la campagne de la « Sainte Capote ». »

En pratique :


234 pages
Editions Publibook
Prix : 21 euros
ISBN : 274830771 - 2


Écrit par